De Ketenes ni Creusa à O Velto…

Une première étape, l’exposition « Ketenes Ni Creusa »

Pendant près de 18 mois, avec le Centre Social Tsigane, nous avons travaillé à l’élaboration d’ une exposition intitulée « Ketenes Ni Creusa ». Cette exposition était l’événement phare du 1er festival des familles tsiganes de la Creuse les 15 et 16 octobre 2015.

Nous y avons travaillé très dur parce que nous voulions vraiment aboutir à quelque chose de complet. Et puis nous avons découvert les Archives Départementales où il y a une multitude de documents concernant nos familles . Nous avons notamment pris conscience à ce moment là  que nos histoires de familles étaient étroitement liées à l’Histoire de France.

Ensuite, au moment de la promotion du festival, la presse nous a beaucoup sollicité et les retours auprès des gadjé* ont été très positifs.

 

Ensuite, En route vers le numérique…

A la fin des événements liés au Festival nous avons eu notre « baby blues ». Notre bébé était né, il avait été bien accueilli… mais nous nous sentions vide.

Nous nous sommes alors demandé quel projet pourrait nous permettre de continuer à nous retrouver régulièrement.

Avec l’aide du Centre Social, nous avons compris que le Festival avait été  un prétexte  pour nous faire connaître auprès du grand public de façon positive. Il fallait donc trouver un moyen de continuer à communiquer avec le public…

Suite aux diverses expériences vécues par les uns et les autres lors du Festival, certains voulaient continuer faire des interviews, d’autres des photos, d’autres voulaient juste avoir du soutien en français pour pouvoir chercher un travail…  Et c’est comme ça, de fil en aiguille, à force de cogiter que nous avons pensé à créer un blogue… Le Centre Social nous a accompagné pour la rédaction du projet « En route vers le numérique » et l’aventure a commencé.

En effet, notre projet a été récompensé dans le cadre de l’appel à projets « jeunes » de la MSA une première fois au niveau départemental, où nous étions lauréats.

Nous avons gagné 1000€.

Ensuite, le projet a été retenu pour la sélection nationale. Nous sommes allés à Paris défendre le projet et nous avons obtenus le 3eme prix de notre catégorie, c’est a dire 2100€!! (Cf l’article concernant cette expérience)

Avec l’argent obtenu, nous avons pu acheter des ordinateurs portables, un appareil photo, une tablette… La première étape a été de se familiariser avec ces outils. Puis, nous avons rencontré divers médias et nous nous sommes mis à écrire…  Caroline et Murielle , nos animatrices se mettent à notre disposition pour nous accompagner dans la rédaction des articles et la mise à jour du blogue.

O Velto

Après une longue concertation, nous avons décidé d’appeler notre blogue : « O Velto », Le monde. Pourquoi O Velto? Parce que nous voulions un nom court, qui synthétise tous les sujets que nous souhaitions aborder… et comme nous n’avions pas vraiment de limites dans les thèmes à traiter… O Velto ou Le Monde, on a tous trouver ça très bien. Et puis à l’oreille, ça sonne bien, c’est un nom qu’on retient facilement…

 

Un projet qui compte

Ce projet est important à nos yeux parce qu’il nous donne la possibilité de nous exprimer librement sur ce que nous sommes, nous les jeunes manouches de la Creuse. Nous espérons surtout que ce que nous écrirons, filmerons, nos photos, nos dessins, nos poèmes contribuent à changer le regard des gens sur nos familles.

Nous tenons à montrer que nous ne sommes pas comme on l’imagine et que nous avons des qualités, des compétences qui peuvent être utiles à tous. Ce projet, c’est notre façon de dire au reste du monde qu’il faut aussi compter sur nous.

Ce blogue c’est nous qui le créons mais il est destiné à vivre aussi longtemps que nous aurons envie de le faire vivre. On espère vraiment qu’il intéressera le public non tsigane et on espère aussi qu’il donnera envie à d’autres jeunes en France issus du Voyage ou pas de faire comme nous, d’avoir des projets, de se battre pour leurs idées.

A Guéret, nous les jeunes d’origine tsigane, nous voulons que les Gadjé soient fiers d’avoir parmi eux des p’tits manouches qui bougent, qui ont des idées…

 

*Gadjé: les non tsiganes, les sédentaires.

un gadjo, une gadji, des gadjé